EXPOSITION

Souviens-toi des films qui tuent...

Exposition photographique de Stéphan Sanchez.

DU 31 OCTOBRE AU 23 DÉCEMBRE

SOIRÉE DE VERNISSAGE (DÉGUISE !) LE SOIR HALLOWEEN LE 31/10

Extrait de la série photographique "Le Club des Monstres" de Stéphan Sanchez. Tirages numériques 30 X 45 cm.

STÉPHAN SANCHEZ / Série photographique "Le Club des monstres"

 

« Dorian Gray, Dracula, L’Homme invisible, le monstre de Frankenstein… Tant de créatures effroyables qui ont d’abord fait leur entrée en littérature sous la plume d’Oscar Wilde, Bram Stoker, H. G. Wells, Mary Shelley avant de venir hanter nos salles obscures dès les années 1910 avec le Frankenstein de J. Searle Dawley. Aujourd’hui encore, ils survivent grâce à la bande dessinée, au blu-ray, au jeu vidéo ainsi qu’aux innombrables remakes d’Hollywood...

 

Fin 2016, l’idée de me réapproprier ces figures m’a traversé l’esprit. Pourquoi n’arrivais-je pas à me débarrasser de leurs ombres ? Pourquoi avions-nous encore besoin d’eux ? Je me demandais s’ils n’étaient pas un peu fatigués de jouer la comédie, ces increvables. Après tant d’années de bons et loyaux services, le Club des Monstres me semblait mériter une retraite au soleil, dans le sud de la France plus exactement.

 

C’est en référence à un âge d’or, aux films d’horreur produits dans les années 60, 70, que j’ai réalisé ma série d’affiches.

Durant l’élaboration de ce projet, j’ai gardé en tête la longueur des titres de ces métrages (Frankenstein et le monstre de l’enfer, Terence Fisher, 1974, Dracula vit toujours à Londres, Alan Gibson, 1974), les couleurs pop de certains posters (Les Vierges de Satan, Terence Fisher, 1968, par exemple) ainsi que les phrases d’accroche, toujours percutantes (" The most evil Dracula of all ! " pour Les Maîtresses de Dracula, Terence Fisher, 1960 ou " She had a face only a mummy could love ! " pour La Gorgone, Terence Fisher, 1964).

Je ne voulais à aucun moment glisser dans la parodie moqueuse. J’aime ces films, j’aime ces créatures ; il s’agit surtout ici de leur rendre hommage. Un hommage drôle et décalé qui n’aurait pas pu voir le jour sans la participation amicale des membres de ma famille et de mes amis proches. » - Stéphan Sanchez 

Stéphan Sanchez est né en 1988 près d’Aix-en-­Pro­ven­ce. Après des études d’arts plastiques et d’histoire de l’art, il se lance dans l’écriture et publie quatre romans : Soleil blanc (2013), La nuit, je me perds (2014), Anatomie des vagues (2016) et Châteaux noirs (2017). Aussi photographe, il expose régulièrement et s’intéresse à l’architecture, au portrait ainsi qu'au paysage. "Le Club des monstres" est sa quatrième exposition personnelle.

 

 



Écrire commentaire

Commentaires : 0