L'Expo du moment

EXPO [PARALLÈLE]

Nouveaux Regards 2017

Une pièce de Natacha Jouot, lauréate du festival, en exposition au Cercle des Arts.

DU 29 SEPTEMBRE AU 3 DÉCEMBRE.

Le Cercle des Arts est heureux d'accueillir un extrait du travail de la jeune artiste plasticienne Natacha Jouot, l'une des cinq lauréates de l'édition 2017 du festival Nouveaux Regards.

Les boîtes à "micro-évènements" de Natacha sont garnies de courts textes poétiques, drôles ou étonnants... Quelquefois, les boîtes se cacheront parmi les livres de la librairie... à vous d'ouvrir l’œil !

 

(Entrée libre.)

Natacha Jouot expose actuellement son travail dans le cadre du festival à l'Atelier de Cézanne (jusqu'au 9 novembre, exposition en binôme) et au Pavillon de Vendôme (jusqu'au 3 décembre, exposition collective).

Le festival Nouveaux Regards est une initiative de l'école supérieure d'art d'Aix et de l'Office du Tourisme d'Aix-en-Provence, en partenariat avec le Pavillon de Vendôme, l'Atelier de Cézanne, et le 3bisf, lieu d'arts contemporains. Programme disponible en librairie.

 


0 commentaires

EXPOSITION

Nature et portraits

Exposition photographique de Anne Locquen, Festival Phot'Aix 2017.

Auto-portrait dans le marbre de Gabriel Sobin.

DU 7 AU 28 OCTOBRE

ANNE LOCQUEN / Série "Paysages intérieurs"

 

"Mon travail s’articule autour de l’intime. Je photographie mes enfants, ma famille, mes amis avec le souhait de toucher le spectateur et l’envie qu’il y retrouve des liens avec sa propre existence.

Je pratique l’autoportrait avec l’idée de travailler sur l’identité. Qui suis-je ? D'une façon plus générale qui sommes-nous ?

Fascinée par les miroirs qui possèdent des pouvoirs qui vont bien au-delà de les simples propriétés de réflexion, je construis une série d’autoportraits « réfléchis » autour de la notion d’une autre image de soi. Je déconstruis, fractionne mon corps et laisse au spectateur la libre imagination de la reconstruction.

Une seconde série de portraits et autoportraits dans laquelle j’associe un végétal/paysage à une partie du corps. En quoi la nature qui nous entoure et qui évolue façonne-t-elle nos paysages intérieurs et de là, nos identités ?

Je cherche l'invisible dans ce que nous sommes." - Anne Locquen.

 

 

Ingénieur de formation, Anne Locquen vit et travaille à La Rochelle au sein d'un lycée. Elle pratique la photographie depuis quatre ans environ et son médium est le polaroid, merveilleux, imprévisible, au grain si particulier, inimitable.

 

Cette exposition photographique est organisée dans le cadre du Festival Phot'Aix 2017, en partenariat avec la Fontaine Obscure :

http://www.fontaine-obscure.com/

 

SOIRÉE DE VERNISSAGE À L'OCCASION DE LA SOIRÉE DE LANCEMENT DE TOUS LES PARCOURS DU FESTIVAL LE SAMEDI 7 OCTOBRE À PARTIR DE 18H30.

 

 


GABRIEL SOBIN / Auto-portrait dans le marbre

 

Suite à l'exposition de l'artiste au Cercle des Arts entre avril et juin dernier (exposition "Laissez parler les petits papiers...") nous profitons de ce mois consacré au portrait et à la Nature pour vous faire découvrir une pièce unique du fabuleux travail de Gabriel.

Un auto-portrait dans le marbre, fruit d'un long processus de communion avec la matière, décliné en deux empreintes, positive et négative.

 

 

Gabriel Sobin est né en 1971 à Salon de Provence. Après des études à l’école d’Arts Appliqués Olivier de Serres, et l'Ecole Camondo, il vit à New-York pour quelques années, avant de retourner en Provence au milieu des années 90, pour se consacrer à la sculpture. Certaines de ces oeuvres sont visibles à Lacoste et Rousillon (84).


0 commentaires

EXPOSITION

Souviens-toi des films qui tuent...

Exposition photographique de Stéphan Sanchez.

DU 31 OCTOBRE AU 23 DÉCEMBRE

SOIRÉE DE VERNISSAGE (DÉGUISE !) LE SOIR HALLOWEEN LE 31/10

Extrait de la série photographique "Le Club des Monstres" de Stéphan Sanchez. Tirages numériques 30 X 45 cm.

STÉPHAN SANCHEZ / Série photographique "Le Club des monstres"

 

« Dorian Gray, Dracula, L’Homme invisible, le monstre de Frankenstein… Tant de créatures effroyables qui ont d’abord fait leur entrée en littérature sous la plume d’Oscar Wilde, Bram Stoker, H. G. Wells, Mary Shelley avant de venir hanter nos salles obscures dès les années 1910 avec le Frankenstein de J. Searle Dawley. Aujourd’hui encore, ils survivent grâce à la bande dessinée, au blu-ray, au jeu vidéo ainsi qu’aux innombrables remakes d’Hollywood...

 

Fin 2016, l’idée de me réapproprier ces figures m’a traversé l’esprit. Pourquoi n’arrivais-je pas à me débarrasser de leurs ombres ? Pourquoi avions-nous encore besoin d’eux ? Je me demandais s’ils n’étaient pas un peu fatigués de jouer la comédie, ces increvables. Après tant d’années de bons et loyaux services, le Club des Monstres me semblait mériter une retraite au soleil, dans le sud de la France plus exactement.

 

C’est en référence à un âge d’or, aux films d’horreur produits dans les années 60, 70, que j’ai réalisé ma série d’affiches.

Durant l’élaboration de ce projet, j’ai gardé en tête la longueur des titres de ces métrages (Frankenstein et le monstre de l’enfer, Terence Fisher, 1974, Dracula vit toujours à Londres, Alan Gibson, 1974), les couleurs pop de certains posters (Les Vierges de Satan, Terence Fisher, 1968, par exemple) ainsi que les phrases d’accroche, toujours percutantes (" The most evil Dracula of all ! " pour Les Maîtresses de Dracula, Terence Fisher, 1960 ou " She had a face only a mummy could love ! " pour La Gorgone, Terence Fisher, 1964).

Je ne voulais à aucun moment glisser dans la parodie moqueuse. J’aime ces films, j’aime ces créatures ; il s’agit surtout ici de leur rendre hommage. Un hommage drôle et décalé qui n’aurait pas pu voir le jour sans la participation amicale des membres de ma famille et de mes amis proches. » - Stéphan Sanchez 

Stéphan Sanchez est né en 1988 près d’Aix-en-­Pro­ven­ce. Après des études d’arts plastiques et d’histoire de l’art, il se lance dans l’écriture et publie quatre romans : Soleil blanc (2013), La nuit, je me perds (2014), Anatomie des vagues (2016) et Châteaux noirs (2017). Aussi photographe, il expose régulièrement et s’intéresse à l’architecture, au portrait ainsi qu'au paysage. "Le Club des monstres" est sa quatrième exposition personnelle.

 

 



0 commentaires

Précédentes expositions


EXPOSITION

Scénographies d'Erismena & The Rake'sProgress

Véronique Chazal & Jean Bellorini / Michael Levine.

DU 24 JUIN AU 22 JUILLET

Lire la suite 0 commentaires

EXPOSITION MOIS THÉMATIQUE "Laissez parler les petits papiers..."

Raphaëlle Barbet / Gabriel Sobin

DU 22 AVRIL AU 10 JUIN - Soirée de Vernissage le 22/04 à partir de 19h30

De gauche à droite : Carmen (30 X30), Don Quichotte et Sancho (70 X 70), Taureaux (100 X 80), Technique Mixte.

Lire la suite 0 commentaires

EXPOSITION MOIS THÉMATIQUE "¡ El País de los Indignados !"

Peintures de Marguerite Nadal

sur le thème de l'Espagne

DU 10 MARS AU 15 AVRIL - Soirée de Vernissage le 10/03 à partir de 18h30

Lire la suite 5 commentaires

Du 11 Novembre au 31 Décembre

"Poétique des contenants"

     Exposition photographique de Corinne Deniel, dans le cadre des Parcours du festival PHOT'AIX.

 

« J’aborde chaque nouveau lieu comme une nature morte, à la fois cadre et motif.

Dans ce monde intérieur, une tension se crée entre deux types de motifs :

les choses et les hommes.

La chose, figée dans sa solitude et son isolement, puis l’homme, lui tournant autour entre présence et absence.

Fidèle à la tradition des natures mortes, je place mes objets devant un fond,

pendus contre ou couchés sur... Jouets du hasard, parfois incongrus.

J’aime ensuite assembler mes images en diptyques, nouer une relation entres elles, évocatrice d’un monde imaginaire dans lequel les objets devenus sujets sont prêts à revivre. » - Corinne Deniel.

 

Corinne Deniel, née à Paris, travaille à Toulouse depuis bientôt vingt ans et expose régulièrement à la galerie l’Atelier de Toulouse. Son métier de graphiste lui a appris la composition : les rapports de force entre fond et forme, plein et vide, harmonie et contraste. Une mise en page doit atteindre un équilibre visuel et doit captiver le regard dans un tout cohérent mais n’implique pas d’exprimer ses émotions ou ses sentiments. Elle a donc choisi la photographie pour laisser son instinct décider. Elle peux y construire son univers, à l’aide d’objets ou de matériaux souvent rudimentaires, convoquer la lumière et le hasard, jongler avec l’acte créateur.

 

Le Festival PHOT’AIX, organisé par la Fontaine Obscure, en est à sa 16e édition. Il s’emploie à un double défi : - Promouvoir la photographie contemporaine dans le cadre de l’exposition internationale Regards Croisés - Faire descendre la photographie dans la rue et favoriser l’émergence de nouveaux talents, en organisant les présents Parcours.

 

Lien : www.fontaine-obscure.com